20 octobre 2007

Ma soirée à l'Âge des Ténèbres

Je suis finalement arrivé chez mon père après cette fameuse première de l'Âge des Ténèbres. Cette aventure sera raconté en deux billets.

-La soirée en elle-même;
-Une critique du film.

Alors la soirée!

J'arrive d'abord à l'Ex-Centris et la première chose que je vois: une grosse file! J'ose demander au jeune artiste branché devant "Est-ce la file pour l'Âge des Ténèbres" et je reçois un oui froid sans plus... sachant que je m'apprête à voir un film se moquant de ce vide entre voisin de banlieue, je trouve sa réponse approprié.

Arrive soudainement derrière moi Marie-France Bazzo. J'avais des doutes entre elle et Nathalie Petrowski mais au timbre de sa voix, la réponse était clair. Soudainement, cette phrase passe par ma tête:

"Si je pète, ça va être un pète de pêteux"

Petit rire solitaire puis je retourne à ma vie de banlieusard de file d'attente. Ça se met à avancer puis rentre dans la salle.

C'est en entrant dans la salle que je comprend pourquoi je méprise un peu les festivals de films... 60% de la salle était remplie de retraité parlant à la française empilant des phrases d'intello en se demandant quels films étrangers ils ont aimés le plus avec des phrases à la:

"J'en ai vu moins cette année... 15 films"

Alors c'est clair à mon esprit maintenant: la seule manière de vraiment profiter des Festivals de Films, c'est d'être retraité pêteux.

Le reste de la salle était constitué de médias et d'étudiants en cinéma admiratif de Arcand. J'ai remarqué spécialement un gars avec son portable mac dans une allée et un homme avec un cache-oeil de pirate. Autre phrase en tête

"J'espère qu'il pourra bien comprendre la profondeur du film!"

...ok, son incapacité à voir la profondeur n'avait aucun lien avec sa capacité à comprendre le film mais je devais bien avoir ce jeu de mot en tête quand même!

Le présentateur ose nous faire une petite farce en commençant avec "Bienvenue aux Invasions Barbares" et finir avec un "Oh en passant... c'est l'Âge des Ténèbres" que personne n'a rit mais ça, on va lui pardonner.

Le film se met à jouer et ça, ça sera décrit dans le prochain billet.

À la fin du film, période de question à Denys Arcand. Tout le long du film, je me demandais "Kecé je pourrais bien lui demander??" mais rien ne venait. Je laisse filer la période de question jusqu'à la fin où je décide de me jeter:

"Sachant que vous vous êtes inspiré de votre tourné médiatique des Invasions Barbares pour pondre ce film, et sachant l'acceuil médiatique qu'à reçu l'Âge des Ténèbres, avez-vous encore l'intention de vous inspirer de tout ceci pour votre prochain film?"

Petit rire de tout le monde dans la salle (chose que l'hôte n'avait pas réussi en début de soirée), il répond qu'il ne sait pas s'il fera un autre film. Il aimerait bien en faire un sur ses propres souvenirs mais sachant le temps qu'il prend pour faire ses films, il ne sait pas s'il aura encore l'énergie pour réaliser.

À la fin de la période de question, je sors de ma rangée tranquillement et je remarque une femme qui essaie de faire signe à quelqu'un. Je sais pas trop si cette adresse m'est adressé ou pas, alors ayant peur de passer pour le gars en manque d'amour qui répond à n'importe qui quitte à avoir l'air d'un con, je fais rien.

Passant à côté de cette femme, elle me lance alors un "Hey Pinch!" et là, je la reconnais: Joannie Froment!!

On a été au secondaire ensemble, et quand je donnais des cours d'atelier vidéo au cégep, elle s'était inscrite pour me permettre d'avoir plus d'étudiants et ainsi, avoir une paie pendant 4 mois.

Grosse discussion sur tout et rien mais toujours en lien avec le film, on se fait soudainement approché par des jeunes en caméra-micro nous demandant notre avis sur le film.

On signe la décharge de Atlantis Vivafilm et on apprend qu'on pourrait faire partie de la campagne de pub. Cool!

J'ai officiellement inventé un nouveau terme: Le Labrèchisme.

Tel que: "Si vous aimez bien gros Marc Labrèche, sachez qu'il y a du Labrèchisme dans le film, alors vous ne serez pas déçu!"

Avec cette phrase là, je devrais avoir ma face qui fait le tour du Québec avec Joannie juste à côté de moi dans toutes les salles de cinéma du Québec!

C'est ainsi que ma soirée s'est terminé. Retour en banlieue nord de Montréal. Maintenant, si vous voulez la critique du film, faut lire le billet au-dessus!

1 commentaire:

Renart L'éveillé a dit...

J'ai hâte de te voir la binette! Hé hé!