29 janvier 2008

La langue française au Québec

À tous les matins, je me pointe au travail avec le podcast de Christiane Charette. Ça me permet d'avoir ainsi un tour d'horizon de ce qui se passe au Québec et en même temps, m'empêche de m'emmerder de mes chansons en boucle.

J'ai tombé sous le charme de son invité de lundi, Jean Forest professeur de littérature et de vocabulaire à l'université de Sherbrooke.

C'est que monsieur Forest vient de publier un livre, Le grand glossaire des anglicismes au Québec, et celui-ci croit que nous prenons la mauvaise voie actuellement avec l'enseignement de la langue française au Québec.

"On souffre collectivement d’un cancer généralisé. Il faut repenser l’enseignement, ajoute-t-il. Pourquoi enseigner la grammaire et l’orthographe alors que ça sert à une minorité de la population? C’est le vocabulaire qu’il faudrait enseigner, c’est là qu’il y a un problème."

Pour résumer sa pensée, au lieu d'essayer d'apprendre aux enfants comment écrire coccyx, il faudrait plutôt leur apprendre comment appeler les choses par leurs noms français.

Ainsi, débarasser les enfants d'expressions anglaises comme "Va plugguer le toaster" pour "va brancher le grille-pain", ainsi de suite.

J'abonde dans son sens totalement! Nous tenons tous à être un peuple qui se démarque du reste de l'amérique du nord anglaise et nous utilisons en majeur partie leurs expressions et culture. Nous nageons à contre-courant avec nos idées.

Il est évident que nous faisons des progrès depuis plusieurs années mais il ne faut pas lâcher le combat. En essayant de faire le moins d'anglicismes possibles, nous augmenterons nos assises sur notre culture québécoise!

Si vous êtes intéressés par l'entretien de Jean Forest avec Christiane Charette, allez l'écouter sur le site internet de l'émission! Très intéressant!

8 commentaires:

Constance a dit...

J'ai l'impression qu'on porte le blâme à tout ce qu'on peut trouver. C'est vraiment du cas par cas la langue... J'emploi régulièrement des anglicismes, peut-être un peu trop (à toi de juger) mais je considère mon français impeccable et je suis amplement capable de m'exprimer à l'oral et à l'écrit... Je prend par contre l'exemple d'une de mes amies, unilingue québécoise EXTRÈME (a comprend même pas "allright") qui elle, fait des fautes incroyables de "fransais"...

Faudrait tout simplement donner le goût aux jeunes de l'aimer leur langue et de vouloir la maitriser...

Anonyme a dit...

je crois que ton accord avec ce prof est le fait que tu as toujours fait énormément de fautes!!!

Sans rancune...
David

Averlok a dit...

J'ai céouté cette émission quand elle est passée et je trouve quand même ce monsieur Forest un peu extrémiste. Oui, les anglicisme font de plus en plus partie de notre vie et dans plusieurs cas, c'est dommage... mais de là à traduire poupée gonflable par Femme du capitaine (avec la justification bouetteuse qui va avec ou encore Ailes de poulet par Ailerons, y'a quand même une limite !

Je ne partage aussi pas son avis au sujet des niaiseries enseignées à l'école. Je ne vois pas en quoi enseigner le grammaire est une niaiserie, je ne vois pas en quoi cet enseignement devrait être enseignée seulement aux personnes qui von devoir écrire dans leur travail (comme les écrivains), je ne vois pas en quoi un plombier n'aurait pas besoin de connaître la grammaire.

Oui, une langue passe par son vocabulaire mais ce n'est pas seulement ça....

Steven Painchaud a dit...

J'aurai peut-être l'air fou mais je crois qu'il y a une quantité d'information qu'une personne peut avoir.

Entre bien écrire coccyx et savoir que le plombier utilise une clé à molette plutôt qu'un wrench (que j'ai dû chercher le terme français)... je crois qu'il est mieux de se pencher sur clé à molette, non?

Steven Painchaud a dit...

Mais c'est vrai que femme du capitaine ou aileron, c'est poussé...

Entk! La prochaine fois que j'irai au Ashton, je demanderai un chien chaud voir ce que je me ferai répondre!

Averlok a dit...

Pour la clé à molette, je suis d'accord mais vois tu, l'apprentissage de la grammaire ce fait beni avant le choix d'un métier futur donc, il ne faut pas mettre celle-ci de côté sous prétexte que la majortité des personnes ne seront pas écrivaines.... De plus, avec la propagation des nouvelles technologies, de plus en plus de personnes sont appelés à écrire - et ce dans un contexte non professionnel - sur les multiples tribunes. C'est quand même bien qu'une bonne base grammaticale soit présente (je ne suis pas les plus mieux écrivain du monde mais j'essaye d'appliquer cette grammaire créée par des pauvres crétins (je ne me souviens plus du terme exaxcte que Forest a utilisé) du mieux que je peux et je remercie le ciel de ne pas seulement avoir appris à ne pas utiliser d'anglicisme !

dieublond a dit...

Je suis un jeune de 14 ans, j'essaye d'utiliser le moins d'anglicismes possibles et je fais attention à mon français. Mes copains disent que c'est pas ''cool'' mais je tiens vraiment à ma culture française! ;)

pepe a dit...

La révolusion de l'ortograf è komansé é èl se propaj rapidman! =- www.ortograf.net