22 mars 2008

Funny Games de Michael Haneke

À ne pas voir un samedi soir en couple, surtout si vous avez peur ces temps ci que votre toit s'effondre dû au poids de la neige.

Comme je vous en ai parlé ce mardi, je suis allé voir Funny Games ce soir et... j'ai pas été déçu, ni réjoui mais simplement... bouché.

Pour faire un résumé du film, une famille américaine bourgeoise s'installe tranquillement dans son chalet sur le bord de l'eau. Soudainement, un jeune homme se présente pour des oeufs... la famille se retrouvera alors prise en otage des deux jeunes hommes avec comme but de survivre aux douze prochaines heures.Funny games est un film fait pour traumatiser le public. Celui-ci s'adresse directement à nous et est plutôt motivé envers nous plutôt que pour faire avancer une histoire à l'écran.

En gros, les deux jeunes hommes l'avouent à l'écran: ils tuent pour le divertissement d'un public, comme si c'était un travail.

C'est avec une conscience que nous chercherons des explications à cette tuerie que ceux-ci s'acharnent à tuer sadiquement cette famille. C'est gratuit, méchant, dure à regarder... mais nécessaire à la cinématographie.

Haneke avait fait son original en 1997 pour nous faire comprendre que la violence que nous voyons au cinéma, elle est fait pour nous divertir et non représenter ce qu'elle est réellement.

Là, on se retrouve avec de la violence pour vrai, sans buts et sans raisons. On nous laisse sous-entendre un moment donné que la petite famille américaine va s'en tirer mais non! Le méchant rembobine l'image et on comprend alors qu'ils sont dûs pour mourir, point.

N'allez pas voir ce film! Allez y que si vous aimez vraiment le 7ième art. Funny games existe pour nous rappeler que la violence au cinéma est un divertissement qu'on accepte peut-être trop facilement.

Non mais avouez: on tue d'une balle quelqu'un et le film est 13 ans et plus. On voit une paire de seins et ça devient soudainement 16 ans et plus.

3 commentaires:

XBudd a dit...

J'ai pas vu le remake mais de ce que j'ai entendu (et ton commentaire semble aller dans la même direction), c'est plan pour plan le même film que l'original, que j'ai vu.

J'ai beaucoup de difficulté avec ce film. D'un côté, je suis d'accord, ça ramène vraiment le côté troublant de la violence. (Je pense au vraiment long plan de la femme et du mari dans le salon, après que les deux gars soient partis. C'est juste vraiment intense.) Sauf que je trouve qu'avec ses bris du quatrième mur, le film devient assez prétentieux et son message perd en subtilité.

Okay, c'est super efficace la passe du gars qui rewind le film parce que fuck que c'est frustrant. Sauf qu'à partir de cette scène-là, j'ai pris un recul par rapport au film en me disant "D'accord, ils veulent me passer un message, comme c'est cute".

C'est pas que je crois qu'on peut pas passer de messages au cinéma, c'est simplement que je trouve que celle manière-là est pas nécessairement la meilleure. Je trouve ça tellement prétentieux de volontairement inhiber le divertissement pour mettre l'emphase sur la morale.

En tout cas, c'est seulement mon avis. Après tout, "Continental" a gagné le Jutra du meilleur film.

- XBudd


PS: Hé, c'est lundi de de pâques, ça te dis quelque chose?

Le Tapageur Silencieux a dit...

Comme xbudd, je trouve que le film ne choisit pas la bonne façon de passer un message. Ce dernier devrait être incorporé au divertissement, devrait devenir évident à l'observateur que lorsqu'il s'arrête à penser au sens du film derrière l'histoire de premier plan. Autrement, le film ne devient qu'une affirmation d'un point, une présentation unidimensionnelle rarement intéressante. Il n'en demeure pas moins que je suis d'accord avec le propos sur la violence.

Steven Painchaud a dit...

Est-ce qu'il y a un message dit directement?

Oui, ils disent faire ça pour le divertissement mais quand on y pense, y'a pas tant de message dans le film sinon, il me semble que ça serait écris plus gros que ça, non?

Avec la scène avant-finale où ils tuent la fille comme si c'était qu'un simple sac de vidange à passer par-dessus bord... ils discutent pas du prochain meurtre ou rien d'autres, non.

Ça parle de sujet que je pourrais aussi bien avoir avec des gars à la job.

Le bout du rewind de casette, c'est comme si au théâtre, un gars se trompe dans une ligne et il recommence simplement sa ligne.

C'est comme ça que je l'ai vu. Y avait-il un message? Je pense que c'est nous qui en faisons notre interprétation parce que jamais dans le film, on dit "c'est mal tuer pour le divertissement".

P.S.: Oui, je me souviens de Lundi de Pâques, film que je n'ai jamais vu d'ailleurs...

Ça m'apprendra à pas autant apporter d'aide que j'aurais pu dans un court.