01 août 2008

Tripler les frais de scolarité?

Il me semble qu'on vient de finir une année scolaire avec quelques grèves étudiantes et voilà que les jeunes libéraux proposent de tripler les frais de scolarité universitaire.

La nouvelle est ici.

Les jeunes libéraux disent vouloir ajuster nos frais à la moyenne canadienne pour ainsi permettre aux universités d'avoir plus de fonds. On dit aussi que cela serait accompagné d'un impôt post-universitaire...

J'trouve ça triste d'avoir seulement la mentalité "demandons plus d'argent et le problème sera réglé" parce que non, il ne sera pas plus réglé. Les universités demanderont toujours plus d'argent parce que les coffres seront toujours aussi vide.

Je n'ai malheureusement pas le lien vers l'article puisque j'avais lu ça dans un l'Actualité lorsque j'attendais pour une coupe de cheveux... mais Jean-François Lisée proposait une option très intéressante: répartir les frais scolaires selon combien ça coûte former un étudiant.

Il est clair dans l'esprit de chacun qu'il en coûte beaucoup plus cher pour former un étudiant en médecine que pour en former un en littérature?

Si ça coûte 4000$ par année par étudiants en littérature et 20 000$ par année par étudiants en médecine, pourquoi les deux paieraient 6000$ par année? Injuste pour l'étudiant en littérature et aubaine pour celui en médecine?

Alors voici ce qui était proposé: prendre le coût que ça prend former l'étudiant et lui faire payer (exemple) 50% de sa formation.

Ainsi, le gars en littérautre paie 2000$ par année tandis que celui en médecine paie 10 000$ par année.

Je crois qu'il n'est pas faux de croire que plus ça coûte cher former un étudiant, plus son salaire sera meilleur? Meilleur salaire = plus de facilité à rembourser des frais de scolarité élevés?

Personnellement, je trouve que c'est une excellente idée. C'est égal pour tous et on empêche pas la culture de progresser parce que de jeunes artistes ou chercheurs en sciences humaines ne sont pas bloqués à l'université par des frais de scolarité trop élevés.

Alors... je regarde le jeune parti libéral du Québec avec déception en me disant que la future classe politique n'a aucune idée intéressante à proposer...

8 commentaires:

Anonyme a dit...

La mesure que tu propose empêche l'accès à la médecine aux plus démunies....

Libérez-nous des libéraux :)

-Alex

Steven Painchaud a dit...

Loin de là Alex!

Pour avoir déjà été en couple avec une étudiante en médecine, ceux-ci se font harceler par les banques et compagnie pour se faire offrir des marges de crédits allant jusqu'à 100 000$.

Alors au lieu de s'amuser à aller dans des restos à 100$ l'assiette et se plaire à payer avec leur carte or, ils pourraient plutôt prendre cet argent et payer leurs cours.

Et il n'y a pas que médecine qui se font offrir des marges intéressantes. Un ancien coloc en génie géo, parce que c'était un programme en demande, s'était fait aussi offrir une marge de 100 000$.

En gros, si t'as le gros salaire après les cours, les banques te courent après.

Jessica a dit...

Je suis plutôt d'accord avec toi. D'ailleurs, ça me cause parfois des "problèmes" ;). Je travaille pour une association étudiante qui fait la promotion du maintien du gel des frais de scolarité et qui pense même changer sa position pour la gratuité scolaire... Je détonne un peu, j'évite de donner mon opinion trop fortement au travail... ;)

Ça me frustre un peu de voir les gens utiliser les "moins bien nantis" pour justifier la gratuité scolaire. J'en ai longtemps fait partie. Oui, j'aurais pu décider de me trouver un emploi après mon secondaire et de me dire que c'était pas fait pour moi les études supérieures, mais non. C'est trop facile.

Oui, je vais avoir une dette considérable en terminant mes études. Non, ça n'a pas été toujours facile, j'ai souvent travaillé plus de 25h semaine en plus de mes cours, tout en maintenant de bonnes notes. Pourtant, je ne suis pas pour la gratuité scolaire. Les personnes qui veulent vraiment étudier vont trouver le moyen de le faire. Je ne dis pas que ça va être facile, mais la vie, ce n'est pas facile non plus et le gouvernement n'est pas là pour nous tenir la main, mais pour nous donner les outils pour avancer.

Yalpe a dit...

Serait-ce une façon dissimulé d'envoyer plus de monde dans les DEP?

Constance a dit...

@Yalpe:

non pour les DEP la solution c'était la réforme...

anecdote: un jeune est venu postuler chez Metro, et dans son formulaire qu'on lui a fait remplir, il a fait une faute dans "épicerie"... GOD BLESS THE RÉFORME!

Anonyme a dit...

Je peux aussi avoir cette marge là, tous le monde en science de la santé peut l'avoir...

Pense ce que tu veux :P


-Alex

Steven Painchaud a dit...

Mais là, j'voudrais pas faire un genre de chicane sur le sujet non plus!

J'voudrais seulement qu'il y ait une solution qui soit proposé autre que ce que propose les jeunes libéraux sans rester dans un système de santé sous-financer...

Mais en même temps, si je voulais vraiment faire du changement, j'irais fais de la politique active, non?

Pas demain la veille à ce que je peux voir! =P

Anonyme a dit...

Moi ce que je trouve ridicule, c'est les investissements énormes qui sont fait en santé et le peu de miette qui vont à l'éducation. On construit pas une société en misant sur les béquilles et les pacemakers...

En même temps, il faudrait responsabilisé les universités et faire payer les étudiants étrangers.
Je veux pas m'attirer l'ire de ces derniers, mais un système subventionner par les impôts des citoyens ne devrait profiter qu'au citoyen. Encore dernièrement sur cyberpresse, on fesait grande démonstration d'étudiants francais(de france) qui venait apprendre l'anglais à mcgill pour le tiers du prix des université des USA et en plus que c'était plus divertissant comme endroit pour le faire.

Mais encore là, je suis toujours trop à gauche...

-Alex