23 février 2009

L'indépendance est la solution à la crise économique au Québec

J'ai passé la fin de semaine à Montréal et malheureusement, j'étais loin d'un ordinateur quand j'ai entendu Pauline Marois dire "la solution à la crise économique au Québec passe par l'indépendance"...

Muahahahahahahahahah!

Y'avait deux manière de prendre cette phrase là. Soit comme si c'était une farce au second degré (comme je viens de vous le prouver), soit comme si c'était une insulte à l'intelligence de la population (comme l'a interprété André Pratte).

Comme je crois que Pauline nous prend pas pour des caves (parce qu'elle expliquait nullement en quoi c'était la solution concrètement... quel dollar on prend? La péréquation se règlerait comment? Et les milliers d'emplois perdus de fonctionnaires fédérales eux?), c'est qu'elle devait faire des farces, non?

Entk, ce sketch d'il y a 2 semaines de 3600 secondes d'extases de Marc Labrèche sur "la souveraineté a le vent dans les voiles" m'est automatiquement revenu en tête quand Pauline a lancé sa farce!
En tout cas, Mario quittera l'Assemblée nationale le 10 mars prochain et on aura droit à une belle course à la chefferie! J'ai bien hâte d'entendre ça (parce qu'il va s'en dire des choses)!

6 commentaires:

Tym_Machine a dit...

"La péréquation se règlerait comment? Et les milliers d'emplois perdus de fonctionnaires fédéraux eux?), c'est qu'elle devait faire des farces, non?"

Le pire c'est qu'elle a raison sauf que ça prendrait un parti autre que les gauchistes-syndicalistes du PQ.

Un genre de parti conservateur à droite à la Ralph Klein qui s'attaquerait à la dette et à la réduction de la taille de l'état. À des centaines de lieux plus à droite que l'ADQ.

Ce qui n'arriverait JAMAIS dans un Québec indépendant gauchiste péquiste-bloquiste-marxiste privé de sa vache à lait d'Ottawa. N'oublions pas que les péquistes ont promis des jobs à TOUS les fonctionnaires du fédéral qui demeurent au Québec dont certains travaillent à Ottawa et restent à Gatineau.

Un tel Québec ne pourrait se sortir de la crise économique qu'en devenant une nation tiers mondesque dépendant de la générosité d'organisme tel que vision immondiale ou de celle du Canada et des USA.

Cependant, après des années à se faire cracher dessus par des séparatistes péquistes, je doute que le ROC ou les USA, nos voisins immédiats aient à coeur de donner des parties gratuites à un Québec indépendant.

L'Alberta aurait été en mesure de se séparer avant la crise et c'est que qu'ils auraient du faire mais ils ont chocké et aujourd'hui ils ddoivent s'en mordre les doigts.

Steven Painchaud a dit...

Bah... je crois que l'Alberta serait autant en récession aujourd'hui s'il avait été indépendant ou pas.

Mettons qu'ils seraient indépendant, leur argent irait probablement moins en péréquation mais devant payer plus pour ce qui vient des autres provinces (n'ayant plus de l'argent de l'Alberta, je vois pas pourquoi les autres provinces donneraient à rabais à cette province qui s'est séparé parce que "tannée de payer pour les autres")... ils seraient toujours dans la même situation?

L'indépendance n'est pas une solution en soit dans un contexte où l'argent ne bouge plus. J'aurais même tendance à croire que l'argent circulerait encore moins sous un pays tout jeune et frais.

À moins qu'un économiste réputé se pointe le bout du nez et démontre comment être indépendant permet au Québec de se sortir de sa situation, je continuerai à croire que c'est par l'union qu'on va s'en sortir.

Canada-Uni a dit...

Le Canada doit rester uni. Je fais régulièrement du Ski dans les rocheuses, et je compte continuer à cette endroit merveilleux.
Vive le Canada.

Canada-Uni a dit...

Oh et Tim_ Machine...Fail

quebeclibre a dit...

Chers ennemis fédéralistes soumis,
sachez qu'il y a déja un grand économiste réputé qui appuie l'indépendance, Jacques Parizeau. Celui-ci fut et est encore le plus grand économiste québécois et parmi des plus reconnus aussi dans l'ensemble du Canada.

De plus, suite au phénomène de mondialisation, 80% des produits québécois sont exportés aux États-Unis et non à l'intérieur du Canada.

De plus, suite à l'indépendance, nous pourrions redevenir en partie ce que nous étions à l'époque : un point commun entre l'Europe et l'Amérique. En effet, le Québec aurait plus de facilité, tant sur les plans culturel qu'économique, à faire des échanges avec les pays francophones d'Europe. De plus, même dans des compagnies importantes au sein de notre province, telles que Bombardier, on retrouve des moteurs Rollys Royce (britanniques) et des affiliations avec Airbus (français).

Marxiste? S'il vous plait, on voit bien que soit vous ne vous y connaissez pas en politique, soit vous êtes confondus par de la propagande fédéraliste. Ce n'est pas parce qu'un parti propose d'établir une caisse de dépôt (qui à l'origine devait être réinvestie au Québec) et qu'un parti adverse l'utilise à mauvais escient (on veut couper partout dans l'économie car le gouvernement garantit le remboursement des prêts qui lui sont accordés).

Etc.

quebeclibre a dit...

http://eve.coop/?a=9